lundi 5 avril 2010

Pour fêter la mort de Danton

Le 5 avril 1794, l'illustre Danton, grand orateur et non moins grand corrompu, termina ses jours sur l'échafaud. Les Septembriseurs se devaient de saluer cet anniversaire. C'est pourquoi nous mettons en ligne une très sobre reconstitution de son exécution, extraite du film La Révolution française de Robert Enrico et Richard T. Effron, sorti en 1989 à l'occasion du bicentenaire de la Révolution. Attention, séquence émotion.


Pour que la fête soit complète, nous ajoutons en bonus une scène clef du même film qui montre un dialogue saisissant de vérité entre les deux ténors de la Révolution, Maximilien de Robespierre et Georges Danton. "La vérité, l'âpre vérité", comme disait ce dernier.


La Révolution française - Danton
envoyé par RioBravo. - Court métrage, documentaire et bande annonce.

La rédaction
Blogger

6 commentaires:

  1. Mais pourquoi Robespierre caresse t-il langoureusement le buste (en bronze, hein) de Danton ?

    RépondreSupprimer
  2. Il aurait été plus logique de mettre les vidéos dans l'autre sens (la 1ère en 2ème et vice-versa), parce que sinon on ne sait pas trop sur qui concentrer son attention dans le premier extrait, quand ils sont tous dans la charrette. Non ?
    Sinon, c'est effectivement saisissant de vérité... Mais je me pose la même question que "Anonyme" du "6 avril 2010 09:49" : pourquoi une telle caresse ?

    RépondreSupprimer
  3. Danton était gros, dans la vraie vie ?

    RépondreSupprimer
  4. Non seulement Danton était gros, mais il était laid. Il suffit de taper "danton" sur google image pour en avoir la confirmation.
    Quant au buste que caresse Robespierre, j'ai l'impression qu'il s'agit du sien. Encore une calomnie visant à prouver le narcissisme du grand homme...

    RépondreSupprimer
  5. "Non seulement Danton était gros, mais il était laid". La Révolution n'est pas un dîner de gala.

    RépondreSupprimer
  6. @ Anonyme 23:05
    Qui vous dit le contraire ? La laideur de Danton était remarquable, tous ses contemporains en ont parlé, comme était remarquable la beauté de Mme Récamier, ou le pied bot de Talleyrand.

    RépondreSupprimer