jeudi 19 août 2010

Ganache de l'été : Failly

Une génération de ganaches a jusqu’ici échappé aux honneurs de notre rubrique, c’est celle de 1870. Il s’agit pourtant de modèles parfaits ! Ainsi que le dit l’historien William Serman 
« Près de la moitié des généraux français de 1870 devaient leur grade à leurs pères plus qu’à leurs services : des préjugés sociaux privilégiant les fils de nobles, de généraux et de grands notables avaient peuplé l’état-major général de personnages représentatifs de l’aristocratie civile et militaire, plus soucieux de leur position sociale que de la défense nationale. Une mentalité archaïque, inspirée de l’Ancien Régime, faisait de la bravoure chevaleresque la principale vertu d’un général, tandis que le travail intellectuel, la réflexion stratégique, l’imagination tactique et le talent d’organisation étaient dédaignés. […] Si les leçons de Sadowa n’ont pas été tirées par nos généraux, ce n’est pas parce qu’ils ne l’ont pas voulu, mais parce que leur mentalité les en rendait incapables. »
Afin de commémorer dignement les 140 ans de la défaite, prenons ainsi l’exemple du général Pierre Louis Charles de Failly qui au cours du seul mois d’août 1870 montra avec éclat toute l’étendue de sa grandiose nullité. Précisons qu’à ses trois prénoms déjà énoncés s’ajoutait un quatrième, Achille, qui par respect pour la mémoire du valeureux guerrier grec disparut des notices biographiques posthumes.

Notre homme est né en 1810, à l’apogée du grand empire. En 1830, tout juste sorti de l’école militaire de Saint-Cyr, il est lieutenant au 35e régiment de ligne. C’est ce régiment qui s’illustre dans le massacre de la rue Transnonain le 14 avril 1834. La part que prit le lieutenant de Failly à l’affaire n’est pas clairement établie. Celui-ci prétendit n’avoir pas été avec les sections qui accomplirent cet assassinat collectif. Mais c’est pourtant lui, simple lieutenant, qui par une lettre publiée peu après dans la presse se fit le porte parole du mensonge qu’entendait faire valoir l’armée afin d’étouffer l’affaire. Ledru-Rollin, l’avocat des victimes de ce carnage, prouva dès 1834 la fausseté de ce rapport en le démontant point par point dans son remarquable Mémoire sur les événements de la rue Transnonain. Quoi qu’il en soit, par ce mensonge éhonté Failly montrait dès sa jeunesse quel individu misérable il était.

Sa carrière se poursuivit tranquillement : capitaine en 1840, il est lieutenant-colonel en 1848 et devient général sous le Second Empire. Les campagnes de Crimée et d’Italie se passent sans qu’aucun exploit notable ne soit à mettre à son actif ; en revanche, il est abondamment décoré pour avoir fait don de sa présence en ces instants glorieux. Grand officier de la Légion d’honneur, général de division, aide de camp de Napoléon III, il devient l’un des favoris de l’impératrice Eugénie, ce que Hippolyte Magen, républicain exilé après le 2-Décembre, explique ainsi :
« [Le général de Failly] avait conquis, — ce fut, hélas ! son unique conquête, — la protection de l’Impératrice par son habileté à mener le cotillon, sorte de danse ridicule et maniérée dont raffolait cette frivole Majesté. »
Mais il était écrit que cet imbécile empanaché parviendrait à se montrer en toutes occasions, exceptés les pas de danse, d’une insigne maladresse. En 1867, il est envoyé à la tête du corps expéditionnaire français qui, pour satisfaire l’opinion catholique, doit empêcher les Chemises Rouges de Garibaldi d’entrer dans les États pontificaux. La bataille de Mentana voit la défaite des garibaldiens qui perdent six cents hommes. Faisant son rapport à l’intention de la presse, vieille habitude qui lui était restée depuis l’affaire de la rue Transnonain, le général de Failly écrit cette phrase sublime à jamais gravée dans les annales de l’histoire de France : « Nos chassepots ont fait merveille ». Chacun jugera l’extraordinaire tact du général de Failly qui tuant des centaines d’hommes se félicite de ses fusils comme un magicien de sa baguette.

On devine à peu près quel genre de farces réservait le général de Failly à la France en 1870… La guerre déclarée, il est simplement ahurissant de penser qu’on a laissé la responsabilité d’un entier corps d’armée à ce salonard incapable. Seule la complète intoxication de l’état-major par les pires ganaches de cette époque permet de comprendre pourquoi une imposture pareille n’a pas été chassée sous une pluie de tomates au premier coup de clairon.

Justement, c’est dès le début du mois d’août que notre Achille entre dans la légende. Le 6 août, le corps d’armée du maréchal Mac-Mahon est attaqué par des Prussiens deux fois plus nombreux à Frœschwiller. Non loin de là, installé confortablement dans la place forte de Bitche, le général de Failly ne bouge pas. Son aide a pourtant été réclamée et du reste il entend fort bien le canon tonner. Mais arguant d’excellentes mauvaises raisons, il préfère l’immobilité si coutumière aux meilleurs représentants de sa caste. Un historien du XIXème siècle dira à ce propos : 
« L’inaction du général de Failly est une de ces fautes sur lesquelles l’histoire aura à porter son jugement, nous dirons plus, son blâme, car il est évident que le concours prompt et énergique du 5e corps aurait changé en victoire la défaite de Frœschwiller. »
Cette première grande défaite étant consommée, on dit que le général de Failly mit enfin de l’empressement à agir, c’est-à-dire qu’il fuit avec une admirable célérité. Tout le reste du mois, il recula bravement jusque vers la fatale ville de Sedan

Dans la nuit du 29 au 30 août, poursuivi par les Prussiens, son corps d’armée s’installe à Beaumont, quelques kilomètres au sud-est de Sedan, dans un état d’épuisement intense. Alors même que ses troupes sont en contact avec l’ennemi depuis deux jours, qu’elles ont combattu la veille, bref que tout porte à croire que la bataille est proche, le général de Failly commet la plus funeste erreur militaire imaginable. Il établit son campement dans une cuvette (vieille manie des officiers français ; ô Dien Bien Phu !) et néglige totalement d’envoyer des éclaireurs reconnaître les alentours. Par la même occasion, il décide de laisser ses troupes au repos jusqu’en début d’après-midi quand la plus élémentaire prudence commande de décamper dès le lever du jour afin de rejoindre le gros des troupes impériales qui se prépare à livrer bataille.
Vers 11h du matin, des paysans avertissent le général de Failly de l’imminente arrivée des Prussiens. Que fait ce danseur de cotillon ? Il déjeune. Voici le compte-rendu que donne Le Gaulois revenant sur cette affaire en 1911 :
« Les hommes lavaient leur linge, nettoyaient leurs armes, les chevaux étaient dessellés, l’artillerie était non attelée dans un creux formé par un ravin, les officiers se reposaient un peu partout, le général en chef de Failly faisait honneur à la cuisine de M. Jaisson, maire de Beaumont. […]
Enfin, une brave fermière pénètre chez M. Jaisson, entre en ouragan, forçant la porte et crie : « Les Prussiens arrivent, ils seront là dans une heure ! » — « Eh bien, nous les recevrons ! » répond le général, sans quitter la table.
Cinq minutes après, arrive M. Auguste Drouin, fermier de Beaulieu, à trois quarts d’heure de Beaumont, qui adjure le général de Failly de prendre ses précautions et lui certifie sur l’honneur que les Allemands le suivent et seront là dans quelques minutes… Et le déjeuner continue. Quand tout à coup, à midi, un obus allemand tombe dans le camp français, causant une panique effroyable, surprenant toute une armée sans défense ! »
D’après un témoin dont H. Magen rapporte la déposition, le général de Failly aurait même dit très exactement, apprenant l’approche de l’ennemi : « Ah, bah ! Nous leur avons tué hier assez de monde ; ils peuvent bien, aujourd’hui, nous mettre quelques hommes hors de combat. Allons, débouchons une bouteille ! » Ce propos ne change d’ailleurs rien aux faits ; il atteste simplement de la criminelle nullité de cette ganache impériale. Par sa faute, tout une armée est surprise au repos et se fait massacrer à coups de canon. L’historien Stéphane Audoin-Rouzeau dresse ainsi le bilan :
« La bataille de Beaumont avait été une déroute complète, à vrai dire la première depuis le début de la guerre : le 5e corps était totalement démantelé ; les Français perdaient 1800 hommes tués ou blessés, soit un taux de perte de plus de 13%. Il y avait 3000 disparus, dont 2000 prisonniers indemnes, chiffres considérables pour les effectifs engagés (21000 hommes maximum). Le phénomène était nouveau : il soulignait l’ampleur de la défaite, mais révélait aussi la démoralisation des troupes. »
Ainsi se termine la lamentable carrière de ce sinistre galonné. Enfin renseigné sur son incurie, l’état-major le démet aussitôt de son commandement. Deux jours plus tard, c’est la défaite de Sedan que l’irresponsable conduite de Failly à Beaumont a grandement préparée. Celui-ci est fait prisonnier en compagnie de son maître l’Empereur. Il sera libéré en avril 1871. Malgré sa disponibilité et son expérience passée dans le massacre de civils, le gouvernement de Thiers se passe de ses services pour anéantir la Commune. Même dans son sport de prédilection, Failly n’est plus en grâce…
Une chose en tout cas est certaine, c’est qu’il échappe au conseil de guerre qu’il avait si justement mérité. Trop heureux de cette chance, il se fait oublier et coule une paisible retraite dans ses terres. Il meurt à Compiègne en 1892, à l’âge de 82 ans.

KLÉBER

Images : photo du général de Failly (source ici), Rue Transnonain le 15 avril 1834 par Daumier (source ici), caricature de l'impératrice Eugénie entourée de ses fidèles, en n°4 à gauche notre ganache de l'été (source ici), la charge des cuirassiers à Reichshoffen (Frœschwiller) par Aimé Morot (source ici), bataille de Sedan (source ici), portrait du général (source ici).
Ouvrages : 1870, la France dans la guerre (Stéphane Audoin-Rouzeau), Histoire du Second Empire (Hippolyte Magen), Le Gaulois, 30 août 1911.
Blogger

8 commentaires:

  1. Mazette, quelle ganache !

    RépondreSupprimer
  2. Jusqu'à l'épisode de 1870, le pauvre homme est bien injustement maltraité ! Danser le cotillon est peut-être ridicule, mais n'est pas chose aisée pour autant. Et si cela plaisait tant à l'impératrice, après tout... Contre Garibaldi, ma foi, c'est de bonne guerre, si je peux me permettre l'expression ! Notons enfin qu'il a le sens de la formule, ce qui n'est pas donné (pensons à ce cher Mac-Mahon). Enfin, il a certes bien mal agi en 70, cela dit son sang-froid et son détachement sont remarquables. Il aurait pu être le héros d'un bon livre.
    Mais pour une ganache, peste ! c'est une belle ganache ! Vivement la prochaine !

    RépondreSupprimer
  3. @ BBC
    Vous me permettez d'apporter une précision sur l'affaire de Mentana. En effet, il peut paraître légitime qu'un général se félicite de l'usage efficace de ses armes contre l'ennemi. Mais le cas était particulier en l'espèce. Garibaldi avait été l'allié de la France et jouissait dans le monde entier d'une excellente réputation. En attaquant les États pontificaux, il forçait la France à faire un choix entre la sauvegarde de Rome et l'Italie unifiée. Dès lors, le corps expéditionnaire français devait repousser l'assaut des Chemises rouges sans pour autant les anéantir. En s'exclamant "nos chassepots ont fait merveille", Failly commettait donc une maladresse énorme à l'égard des défenseurs de l'Italie unifiée. À l'époque toute la presse, pourtant à la solde de l'Empire, se fit l'écho de cette bévue.
    Par ailleurs, je me permets de vous faire remarquer que dès le début de sa carrière Failly se distingua en étant le rédacteur du rapport mensonger sur l'affaire de la rue Transnonain.
    Quant à son sang-froid et à son détachement, je crois hélas qu'il faut les mettre à l'actif de sa complète indifférence pour la défense nationale…
    Néanmoins, je vous accorde que ce triste sire ferait le héros d'un très bon livre. Je vois même un film où il tiendrait à merveille le rôle caricatural du méchant lâche et incapable !

    RépondreSupprimer
  4. Bruno Forestier22 août 2010 à 17:00

    Très belle ganache en effet. La description du repas de Beaumont évoque furieusement l'une des nouvelles des Contes du Lundi de Daudet ("La partie de billard" précisément, qu'on peut lire ici: http://www.cartage.org.lb/fr/themes/livreBiblioteques/Livres/Biblio(fr)/D/Daud/contelundi/partiedebillard.htm

    Sinon, il faut tout de même préciser à la décharge du général Failly, que sa fameuse déclaration sur les chassepots s'adressait principalement à un public de spécialistes, l'affaire de Mentana ayant été le premier champ d'expérimentation de ce petit bijoux technologique. Un jugement d'ailleurs partagé par messieurs les prussiens, qui épatés par la qualité du chassepot, se hâteront d'adopter dès 1871, le fameux mauser !

    RépondreSupprimer
  5. @ Bruno Forestier
    Merci pour ce lien pertinent qui permet au passage de saluer l'œuvre du grand Alphonse Daudet.

    Concernant le chassepot, il en effet utile de préciser que la bataille de Mentana fut la première occasion de son expérimentation. La fameuse phrase "nos chassepots ont fait merveille" avait été laissée dans le rapport publiée par la presse dans l'intention justement de montrer la grande efficacité de cette arme. Seulement, ce stratagème se révéla être une maladresse pour les raisons que j'ai pu exposées ci-dessus.

    RépondreSupprimer
  6. nathalie de Failly18 octobre 2010 à 22:31

    Il est facile de se gausser de personnes décédées.
    Vous n'étiez pas témoin et ne pouvez vous baser que sur des écrits certainement partials.
    Je n'aime pas ce ton sarcastique et irrespectueux que vous adoptez à l'égard d'un de mes ancêtres.

    Nathalie de Failly

    RépondreSupprimer
  7. Chère Nathalie de Failly, croyez bien que nous ne manquons pas non plus de nous gausser des personnes vivantes lorsqu'elles le méritent. Seulement, nous ne voyons pas pourquoi une fois mortes les ganaches auraient droit au respect. Soyons donc aussi libéral que le général de Failly qui, semble t-il, se moquait bien de ses soldats, morts ou vifs.

    Je n'étais pas témoin, dites-vous, à la bonne heure ! Vous l'étiez sans doute ? Et n'êtes-vous pas plus partiale encore ?
    Quoi qu'il en soit, la conduite du général de Failly est attestée par tous les historiens. Elle fut déplorable, calamiteuse. Je comprends qu'il vous soit difficile de l'entendre, surtout sur ce ton, mais comprenez qu'il est risible de vouloir contredire de pareilles vérités. À moins, bien sûr, que vous n'ayez de sérieuses preuves à apporter… Nous les attendons.

    RépondreSupprimer
  8. Cte Yves d'Oultremont28 janvier 2012 à 00:39

    Ma chère Nathalie, ce général de Failly (la ganache) n'est pas ton ancêtre (branche de Champlin). Mais le général Amédée de Failly (le traître) qui a servi sous 5 drapeaux différents et ennemis entre eux, est bien ton arrière-arrière-arrière grand-père.

    RépondreSupprimer